WAH!: les Femmes dans les musiques actuelles

WAH!: les Femmes dans les musiques actuelles

Le monde musical connait des discriminations envers les artistes féminines. Mais quelles sont les raisons et les conséquences de cette inégalité entre les femmes et les hommes dans les musiques actuelles ?
.Dans le monde du jazz et des musiques improvisées
D’après les résultats de l’étude faite en septembre 2019 autour de la représentation femmes/ hommes dans le jazz et musiques improvisées, une enquête réalisée par  AJC Jazz, Grands Formats, et la Fneijma, ce secteur reste très masculin.
Les statistiques de cette étude le prouvent : les hommes composent 75% des élèves des classes de jazz des conservatoire, 74% des stagiaires en formationprofessionnelle, 83% des enseignant·e·s de jazz, 86% des artistes musicien·ne·s des grands ensembles de jazz et 85% des artistes programmé·e·s sur les scènes de jazz.
 A titre de comparaison, une étude réalisée par l’association française des orchestres (AFO)en 2016-2017 auprès de 37 orchestres symphoniques et philarmoniques a montré que les hommes y représentent 64% des musiciens.
Il s’agirait, surtout d’une histoire de transmission, de montrer par l’exemple que c’est possible de devenir artiste quel que soit le sexe. Il s’agirait de l’enseignement donné aux jeunes filles  dans les conservatoires, il faudrait essayer de les inciter à jouer des instruments divers que ceux qui sont généralement le plus jouer par les filles (ex :le piano, la flûte...).Il s’agit aussi d’éliminer progressivement les préjugés, qui limiteraient  l’accès à ce secteur aux femmes.
.Le secteur des musiques actuelles est-il objet de stéréotypes qui décourageraient les femmes dans leur choix d’orientation ?
Dans le rap par exemple, on peut observer de nombreux clichés autour de ce secteur, qui lui aussi, connait une discrimination envers les artistes féminines. Les préjugés construits  autour de ce secteur  crée une réelle barrière entre les femmes et les hommes dans le rap. Il y a, comme dans le jazz, ce problème de manque d’identification et d’exemple dû au faible nombre d’artistes féminines dans ce secteur.  Le rap est donc un secteur, lui aussi très limité.
On en conclut que bien souvent, dans le monde de la musique, des critères s’imposent et bien qu’ils soient absurdes ou non justifiés, les femmes sont limitées dans leur parcours, peu importe le secteur dans lequel elles exercent.
 
.Des violences sexistes et sexuelles dans le secteur professionnel des musiques ?
Le secteur des musiques n’est pas épargné par le sexisme et la culture du viol. Plusieurs enquêtes sur les violences sexistes et sexuelles ont été menées en Grande-Bretagne : « Le magazine Arts Professionnal révèle dans un sondage publié le 24 Novembre 2017 que parmi les enquêté·e·s, 48 % ont été victimes d’abus sexuel. C’est le cas de 51 % des enquêté·e·s dans le monde de la musique, 53 % dans le monde du théâtre et 29 % dans celui de la danse. Parmi les victimes, seules 2 % ont porté plainte, tandis que 39 % ont gardé le silence, n’en parlant ni à leurs proches, ni à leurs collègues. »
Source : Inégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture. Acte II : après 10 ans de constats, le temps de l’action. Rapport du haut conseil à l’égalité n°2018-01-22-TRA-031 voté le 22 janvier 2018
 
« Malgré le peu de données chiffrées en France, le Haut Conseil à l’Egalité constate que le secteur des arts et la culture n’est pas préservé des inégalités femmes-hommes, ni des violences.
« En effet, le harcèlement est banalisé par des pratiques professionnelles qui sont peu ou pas questionnées. Certaines spécificités du secteur culturel telles que les horaires tardifs, l’ambiance festive, la forte présence des rapports de séduction, la présence d’alcool et de drogues… viennent renforcer l’omniprésence des violences et tendent à les banaliser voire à les justifier .
L’importance de la réputation, la cooptation et les phénomènes de réseau expliquent que très peu de personnes victimes de violences portent plainte. Malgré la mise en visibilité dans l’espace public et médiatique de l’ampleur des violences, cette omerta se poursuit. D’après wah-.egalite.com
Une raison parmi tant les autres qui explique aussi le manque d’artistes féminines dans le milieu musical.

« WAH ! La plateforme ressources pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans les musiques »
La plateforme ressources Wah ! est née d’un partage collectif de plusieurs constats et envie. Une plateforme créée et imaginée  par la FEDELIMA avec le soutien du Secrétariat d’Etat  en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes et du ministère de la Culture.
Wah ! est un espace qui permet à chacun de se faire un opinion sur les réalités, les conditions, les freins et les leviers possibles d’une égalité femmes-hommes dans les musiques grâce à des ressources mise à disposition sur ce site, notamment des études et des articles qui peuvent accompagner les personnes et les structures dans une démarche d’égalité et de lutte contre le sexisme et les formes de discriminations.
 
 
 

Alexandre CusseyAlexandre Cussey

Copyright© 2019 RAJE. Tous droits réservés.