Voyage musical en terre picarde à l’Imaginarium Festival

Voyage musical en terre picarde à l’Imaginarium Festival
Les 19 et 20 mai derniers se tenait l’Imaginarium Festival. Entièrement organisé par 90 étudiants bénévoles, de l’Université Technologiques de Compiègne, la 5ème édition était un franc succès.

Pour son 5ème anniversaire et pour la première fois depuis sa création, l’Imaginarium affichait  complet. Au vu de la programmation, conjuguée avec une organisation impeccable, rien d’étonnant ! 
 
Le premier jour commençait  fort avec comme tête d’affiche Vald, très attendu, qui a complètement retourné le festival. Plus tôt dans la journée, cétait l’Impératrice qui, avec sa touche disco-tropicale, réchauffait le grand chapiteau. Difficile de les arracher de la scène après un tel set.

La pénombre laissait place ensuite à Joris Delacroix, Arnaud Rebotini ou encore Molecule pour faire danser cet infatigable public jusqu’au petit matin. Cette scène tremplin a également permis à de jeunes talents de se produire comme Holy Two. Les deux jeunes Lyonnais, qui nous ont envoûtés aux rythmes de leur électro-pop planante et entrainante, sont la véritable pépite de ce festival.
 


Mais l’Imaginarium, c’est plus que l'enchaînement d’une programmation nette et sans bavure, c’est surtout 13 000 festivaliers, sur deux jours, survoltés, qui savent rendre la pareille aux artistes. Ils sont nombreux à confier en sortie de scène être surpris par l’énergie du public.
 
Pour ce cru 2018, l’équipe de l’Imaginarium, a voulu mettre à l’honneur le développement durable au sein du village associatif dans lequel on retrouvait Greenpeace, Eco-orgasme mais aussi Amnesty international, la Fondation Abbé Pierre et de nombreux acteurs associatifs locaux. Rythmé par quelques conférences au «chillarium», c’est aussi la volonté d’inscrire le festival dans une démarche de plus en plus écoresponsable.

Arthur Pouzet, Responsable de la Communication du festival, se félicite de la réussite de cette 5ème édition. Fier de confirmer, qu’année après année, cet évènement attire de plus en plus de personnes ne venant pas uniquement de la région. “Cela prouve que l'événement plaît, fédère et nous pousse à faire encore mieux l’an prochain." explique-t-il.  

Malheureusement le site du festival, un vieil héliport désaffecté sur les hauteurs picardes, ne pourra pas augmenter sa capacité d'accueil de spectateurs. 

Crédit Photo : Philippe Tolédano
 

Marina ViguierMarina Viguier

Copyright© 2018 RAJE. Tous droits réservés.