Raje Fait Son Festival /// Adeline Avril vous parle de "Lorsque Françoise paraît"

Raje Fait Son Festival /// Adeline Avril vous parle de "Lorsque Françoise paraît"

Dolto – Lorsque Françoise paraît – Atelier Théâtre Actuel à Avignon (theatre-actuel-avignon.com)

 

Dolto - lorsque françoise paraît

Durée : 1h20
Jusqu'au 30 juillet - Relâches : 25 juillet

à 16h50

 

Auteur

Éric Bu


Interprètes / Intervenants

 

  • Mise en scène : Éric Bu

  • Interprète(s) : Sophie Forte, Christine Gagnepain, Stéphane Giletta

  • Décors : Aurélien Maillé

  • Costumes : Julia Allègre

  • Lumières : Cécile Trelluyer

  • Création sonore : Pierre-Antoine Durand

  • Chorégraphies : Florentine Houdinière

  • Assistante mes : Sophie Bouteiller



 

Cette pièce a déjà connu un succès fracassant. Il faut dire que Françoise Dolto, spécialiste de l’enfance et psychanalyste est connue même de ce que l’on nomme le grand public. En effet, elle a même été en quelque sorte une femme de media. Mère d’un chansonnier populaire nommé Carlos et d’une fille qui mettra ses pas dans ceux de sa mère, c’est une figure de la psychanalyse autant que de la vie des familles françaises.

 

L’on comprendra donc aisément que cette pièce, mettant en scène Françoise enfant, toujours accompagnée d’un personnage protéiforme qui est sans doute son ange gardien (et participe énormément de l’aspect jouissif et divertissant de la pièce qui aborde pourtant des sujets profonds, parfois douloureux), plaise. Car si le sujet Dolto n’a rien de glamour, le personnage qui en est tiré ici restera dans les annales. 

 

Trois comédiens incarnent tout un monde du début du vingtième siècle, notamment la famille de la petite Françoise, présentée comme une enfant très précoce et pleine d’esprit, facétieuse et mettant souvent à mal la rectitude d’une mère très conventionnelle autant que les réflexions d’une père pourtant passionné de science et ouvert sur la nouveauté.

 

Ainsi, nous découvrons sur scène, Sophie Forte, minuscule et extrêmement crédible en enfant surdouée qui déclare désirer exercer un métier qui n’existe pas encore: Docteur en éducation. Cela n’existe pas, lui rétorque -t-on.

Qu’à cela ne tienne, si ce métier n’existe pas, c’est qu’il faudra l’inventer!

 

A première vue on pourrait croire que tout tient sur les épaules de Sophie Forte seulement, et il est vrai que de bout en bout, on aimerait lui clamer notre amour. Pourtant, tout ce système judicieux d’allers et retours entre les réflexions de la petite Françoise et cette époque, ce milieu, qui lui semblent étriqués, tient aussi à la magie des deux autres comédiens qui jouent tantôt la mère, tantôt la fille pour l’une, tantôt le poste à galène (si si) tantôt le père, le fiancée et bien d’autres encore pour l’autre, dont….un certain Bernard Pivot!.

 

Le rythme de la pièce est envolé, émaillé de “mots d’enfants” qui résonnent d’une façon troublante quand on connaît l’importance que Madame Dolto aura dans son domaine. C’est aussi un personnage clivant à qui l’on a reproché d’avoir créé le phénomène de l’enfant Roi, et qui dit d'elle-même qu’à la maison, l’éducation, ce n’est pas “du Dolto dans le texte”.

 

Nous passerons directement de Dolto enfant à Dolto au soir de sa vie, Sophie Forte campe alors une Dolto en délicieuse vieille dame indigne comme on en voit dans les comédies anglaises. Ce procédé théâtral, comme l’écriture, la mise en scène et la scénographie, amènent sur scène un cirque bucolique mais dansant, montrant des possibles pistes de compréhension du phénomène Dolto en piochant dans son enfance comme dans ses divers entretiens. On se sent en proximité avec cette Dolto là, si humaine.

Ce n’est pas une pièce pédagogique, on n’est pas là pour voir un documentaire, c’est bien de théâtre qu’il s’agit, d’une création pure, d’un univers qui frôle le surréalisme dans sa facture.

Et à la fin le public se lève et pourrait continuer cette ovation encore une heure s’il ne fallait pas libérer la salle.

Adeline Avril 

 

RESERVEZ VOS PLACES ICI


Pierre Avril

Copyright© 2022 RAJE. Tous droits réservés.