Raje Fait Son Festival /// Adeline Avril décrypte Bien au Dessus du Silence de Violaine Arsac

Raje Fait Son Festival /// Adeline Avril décrypte Bien au Dessus du Silence de Violaine Arsac
BIEN AU DESSUS DU SILENCE : LE POUVOIR DE LA POESIE

Conception et mise en scène de Violaine Arsac. Chorégraphie : Olivier Bénard. Lumières : Rémi Saintot. Musique : Stéphane Corbin. Costumes : Janie Loriaut. Assistante : Stéphanie Froeliger.

Avec Olivier Bénard, Florence Coste ou Charlotte Durand-Raucher, Steven Dagrou, Nadège Perrier et Nicolas Taffin.



 

Que trouve -t-on au delà du silence ? Le courage ? L’humanité ?

 

Ce spectacle pluridisciplinaire, mêlant poésie engagée, théâtre  et danse contemporaine, est une création de Violaine Arsac à partir des textes de Maram al-Masri, Louis Aragon, Violaine Arsac, Aimé Césaire, René Char, Jean-Baptiste Clément, Marianne Cohn, Robert Desnos, René Depestre, Paul Eluard, Victor Hugo, Abdellatif Laâbi, Pablo Neruda, Jacques Prévert, Yannis Ritsos, Constantin Simonov, Anne Sylvestre.

 

Il n’est pas facile de susciter l’enthousiasme devant une performance qui met en valeur la poésie, même cette poésie  qui s’accouple à l’action la plus concrète qui soit, la poésie de combat, notamment. Car en parlant de poètes engagés, en convoquant ces auteurs bien spécifiques, c’est bien de combat qu’il s’agit.

 

A mon sens, choisir la poésie est déjà en soi un pari osé. C’est l’une des démarches de Violaine Arsac qui est audacieuse et me séduit : elle amène le spectateur à faire lui même un pas et lui donne en retour un feu d'artifice d’émotions, comme si c’était la récompense pour être venu s’asseoir ici, dans un lieu clos, au milieu de gens que l’on ne croisera plus jamais ; Ici, la puissance des mots d’un Cesaire, Char et les autres est décuplée dans son efficacité dyonisiaque, par le mouvement permanent des danseurs-comédiens et la musique de Stéphane Corbin.          .

La chorégraphie, sensible et sensuelle, réalisée par  Olivier Bénard , qui est aussi sur scène, concourt à donner de l’écho à  la façon qu’a Violaine Arsac de réveiller les vivants endormis oubliés et les morts afin de les inviter à la fête. Des cintres suspendus à des trapèzes semblent figurer l’humanité entière , venant en renfort des textes théâtralisés par cette troupe hétéroclite et cependant compacte (Deux femmes de génération ostensiblement différente et 3 hommes représentant à eux seuls la richesse d’un monde multiple) qui figure les combats d’autrefois comme ceux d’aujourd’hui à travers les mots des poètes.

Même si vous ne prisez pas la danse contemporaine, vous apprécierez sans doute, la partie très sensuelle de la chorégraphie qui accompagne le poème de Prévert “je suis comme je suis” qui peut même évoquer le bel univers développé dans la série sense 8 des sœurs Wachowski. C’est vous dire comme ce spectacle peut toucher à tout âge et de nombreuses manières.

 

Ainsi, la mémoire est convoquée dans une envolée dansée, les corps parfois s’entrechoquent, mais souvent ils se caressent, se câlinent même, s’embrassent, tantôt avec tendresse, tantôt avec sensualité, et là on reconnaît ce qui fait courir l'auteure et metteuse en scène qui nous avait dit lors d’une interview : ”j'essaye de représenter le monde tel que je voudrais qu’il soit”.

C’est dire que ce n’est pas un mouvement qui illustre les propos des poète que l’on retrouve dans ce spectacle dansé autant que joué, mais plutôt une incarnation des sentiments d’injustice, ou d’espoir qui continuent d’irriguer les mots des poètes, qu’ils soient vivants ou morts.

Aussi le titre “bien au delà des mots” prend tout son sens.

 

“Bien au-delà du Silence”, ce qu’on trouve n’est pas seulement dans le ciel : ce sont les idées, les combats portés par les poètes qui impactent le monde.

Violaine Arsac est une idéaliste qui vous contamine à travers ses spectacles, le choix de ses artistes, ses choix de mise en scène: elle ne vous donne pas de leçon, elle vous réveille sans agressivité d’une torpeur délétère dans laquelle parfois les années comme le découragement vous plongent. Elle ne cherche pas à faire des démonstrations de virtuosité, elle sert un propos. Au-delà des mots et même au-delà du théâtre. Ce qui se passe ici doit impacter le monde et pourquoi pas le réparer?

Sa foi en l’humain comme en la poésie est communicatif. Le choix des textes, exigeants mais accessibles parle de lui même : rien d’hermétique ici : il s’agit de créer une communauté d’enthousiasme en état de marche, les mots doivent garder le pouvoir de susciter l’action, l’engagement, par l’énergie qu’ils inoculent , ainsi portés par l’énergie de la danse et de la musique ainsi qu’une mise en scène sans temps mort.


Si vous souhaitez découvrir davantage l'univers de Violaine Arsac, retrouvez l'interview que j'ai eu avec elle en podcast sur www.raje.fr :  et dans le lien podcast en bas de page...INTERVIEW ICI

C’est une réussite que le public apprécie et faisons le pari que c’est un spectacle qui transforme à sa mesure, le ressenti des citoyens que nous sommes,  parfois trop bien dressés à subir et accepter, confits dans nos vies plus ou moins confortables.


Adeline Avril
 

RESERVEZ ICI

THEATRE DES POSSIBLES

Teaser "Bien au-dessus du silence" : Création Avignon 2022. from Le Théâtre des Possibles on Vimeo.


Pierre Avril

Copyright© 2022 RAJE. Tous droits réservés.