Meilleurs Voeux /// Une pièce de Carole Greep /// Une version hilarante par la Compagnie du Nouveau Monde

Meilleurs Voeux /// Une pièce de Carole Greep /// Une version hilarante par la Compagnie du Nouveau Monde

Vous ne souhaiterez plus “meilleurs voeux “ de la même manière après avoir passé une heure avec Antoine et Sansan!

 

Au théâtre du Rempart, le réveillon du jour de l’an était un peu en avance, samedi dernier. Nous avons adoré ce tango décalé entre Antoine et Sansan, que “presque” tout sépare à part cette humanité et ce désir de “d’un peu mieux”qui nous réunit tous à un moment ou un autre. Si bien qu’on avait l’impression de retrouver de vieux amis à qui l’on ne souhaitera pas “meilleurs voeux” mais “meilleure vie” avant de les quitter , le baume au coeur.


C’est le soir du réveillon du jour de l’an et Antoine, costume, nœud papillon et chapeau de Père Noël préfère mettre fin à ses jours avant de mourir d’ennui. Dans son appartement, face à la vitre qui donne sur un paris probablement un peu gris, il laisse un énigmatique message à une femme dont nous ignorons l’identité. C’est un message d’amour sans tutoiement. Il annonce à l’inconnue qu’il va mettre fin à ses jours et à ce titre il lui demande de passer le réveillon avec lui.

A ce moment on se demande où le ressort comique va éclore: Antoine ira-t-il au bout de sa décision? L’objet de son amour va-t-elle écouter le message, et venir, Antoine va-t-il descendre le sac poubelle qu’il tient à la main? 

La sonnette résonne, et manifestement Antoine lui-même ne s’attend pas à quoi que ce soit d’excitant malgré la bouteille à la mer qu’il vient de lancer….

Il ouvre et une sorte de tourbillon coloré, une petite bonne femme déguisée en salade de poulpe, déboule dans son salon. Les cinq étages n’ont pas eu raison de sa ferme intention de passer un réveillon excitant avec ses amis. Elle passe juste “pour voir” parce que “vous vous êtes trompé de numéro, vous m’avez laissé un message, mais moi je ne suis pas elle ou bien elle ce n’est pas moi”.... bref, sans vraiment s’embarrasser avec les formes, elle vient juste s’assurer que … Et bien elle ne sait pas trop….

Et là, on passe de Woody Allen au Splendid, ou même un film de Jaoui/Bacri, entre tendresse,réflexions profondes sur le sens de la vie mais aussi fous rires et auto dérision , à un rythme que les comédiens maîtrisent. Ils nous embarquent dans ce dialogue entre celui qui croit qu’il n’a rien et celle qui à presque tout ce qu’il croit vouloir : des amis, un métier intéressant, le sens de la fête…

 

La pièce est écrite par Carole Greep, réputée pour son écriture enlevée pleine d’humanité et jamais exempte d’humour noir. Mais une pièce si bonne soit-elle ne “décolle” qu’avec des comédiens qui vous “emmènent” et c’est le cas, cette fois encore, avec Nathalie Comtat et Olivier Douau, de La Compagnie du Nouveau Monde. 

Sans outrance ni surjeu, avec authenticité, ils nous aspirent dans cette romance improbable et décalée, qui fait de gens à priori ordinaires des héros extraordinaires auxquels l’on peut s’identifier, à travers leurs excès, leurs espoirs déçus, leurs regrets, leurs mesquineries mais aussi leur grandeur. Et que de fous rires! Pas de temps mort ici! On danserait presque au rythme des dialogues!

 

Olivier Douau nous régale en incarnant le désespoir distancié et saturé de métaphores et de synonymes d’Antoine, qui se nourrit de la vie des autres pour survivre au vide de la sienne. Peut-on vraiment lui en vouloir?

Nathalie Comtat , révélant les failles et chagrins de cette charmante fêtarde qui se dit "égoïste", nous conquiert aussi. On voudrait que ces deux là aient enfin une éclaircie dans leur vie de braves petits battants du quotidien…. On voudrait vraiment qu’enfin, ils aient “le meilleur”.

 

Voilà un spectacle qui en réjouira plus d’un, grâce à ces deux acteurs qui donnent vie à deux  personnages que tout (ou presque) oppose et que seule lie une vieille histoire dont nous ne vous révélerons rien. Car oui, il y a aussi du suspense dans ce tourbi-réveillon qui rend heureux!

 

Nous avions découvert cette compagnie de théâtre par “le contrat” (succès bien mérité), cet été au festival d’avignon, notamment saisis par le jeu intense d’ Olivier Douau, puis plus tard, avec la pièce “Beyrouth Hotel” de Rémi De Vos, le chaleureux  Duo Comtat/Douau nous avait convaincu de les suivre, nous avait donné faim de plus, de passer plus de temps avec eux, en somme. On peut dire que finir l’année avec ces deux-là et cette pièce judicieusement choisie nous a emballés, transformant un temps de célébration attendu  mais aussi bien fatiguant et convenu, en véritable fête. Alors dès que vous en avez l’occasion, courez fusionner avec eux et peu importe la date, revivez cet incroyable réveillon et cherchez dans les programmes, les billetteries et surtout sur leur site web les prochains spectacles de la compagnie du nouveau monde. Par exemple, à Pernes les Fontaines, le 27 février 2022

 

https://www.compagniedunouveaumonde.fr/

 

Bonne vie à tous!

 

Adeline Wall


 

Pierre Avril

Copyright© 2022 RAJE. Tous droits réservés.