Le streaming payant dépasse la vente de disques

Le streaming payant dépasse la vente de disques

Au premier semestre 2017, le streaming représentait 46,7% du marché de la musique en France.

Le Syndicat National de l’Edition Phonographique (SNEP) a rendu public son rapport du 1er semestre 2018 et le résultat est sans appel. Le streaming, c'est à dire l'écoute de la musique en ligne, sur des plateformes comme Deezer ou Spotify, a dépassé les ventes des CD et se place donc comme le premier marché de la musique en France. En effet, il en représente désormais 55,7%, ce qui vient confirmer l'évolution du marché de la musique, de plus en plus numérique. Avec désormais plus d’un milliard d’écoutes chaque semaine sur les plateformes, le marché du streaming ne cesse de se développer ces dernières années. Marqueur important de cette croissance : Spotify a été introduit en bourse en avril dernier et une nouvelle version de YouTube Music a été lancée en mai.



Du côté des bacs, ce sont les ventes de vinyles qui continuent de tirer leurs épingles du jeu avec plus 31% de ventes sur un an ! Les ventes de CD, elles, continuent de baisser. Le marché physique, qui englobe les CD ainsi que les vinyles, perd ainsi 12,8%.

Un changement qui ne met pas en péril l’industrie musicale, loin de là, puisque la filière a vu son chiffre d’affaire augmenter de plus de 3% par rapport au 1er semestre 2017. En effet, le rapport explique que "les abonnements streaming audio ont généré à eux seuls 110 millions d'euros. Ils dépassent pour la première fois les revenus des ventes physiques (91,6 millions d'euros)" pour un chiffre d'affaire global de 256 millions d'euros. Ainsi, le marché de la musique compense largement la diminution des ventes physiques par le streaming.

Une seule ombre au tableau, la rémunération des artistes sur les plateformes de streaming. Cette rémunération est très variable en fonction des plateformes et de manière générale, elle a tendance à baisser depuis 2014 d'après The Trichordist, qui milite pour une meilleure rétribution des artistes. Pour exemple, Spotify rémunère, pour chaque stream, 24% de moins en 2017 qu'en 2014.

Crédit illustrations : SNEP Bilan du marché 1er semestre 2018


Margaux DeygasMargaux Deygas

Copyright© 2018 RAJE. Tous droits réservés.