La presse musicale en détresse

La presse musicale en détresse
La presse musicale indépendante subit de plein fouet la crise liée aux conséquences de la pandémie mais, en dépit de quelques avancées, peine à se faire entendre du ministère de la Culture. 
Dans le cadre de l’initiative “Pour la survie de la presse musicale indépendante”, six titres de la presse musicale spécialisée, dont Tsugi, Jazz Magazine, Magic ou Trax, se sont associés, le 17 décembre 2020, le temps d’une lettre ouverte à l’intention de Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, et Jean-Philippe Thiellay, président du Centre national de la musique (CNM). 
En cause, un sentiment d’abandon ressenti par la profession face à la crise sanitaire et, donc, économique , mais aussi une indifférence subie aux racines plus profondes. Depuis, dix nouveaux titres de presse musicale, parmi lesquels Les Inrockuptibles, Opéra Magazine ou Rolling Stone, ont rejoint l’initiative. De fait, le secteur, dont 70 à 80 % des revenus publicitaires sont liés à la filière musicale drastiquement en berne, voire complètement à l’arrêt s’agissant des concerts et autres festivals, est terriblement affecté par les retombées de la pandémie sur le monde de la musique (une perte de 50 à 70 % des revenus publicitaires). 
Malheureusement, les budgets pour 2021 ayant déjà été votés, le ministère est dans l’impossibilité de réajuster ce manquement à moins d’être en mesure de débloquer un crédit. Pour autant, le comité a aussi amorcé un travail de fond encourageant avec le CNM, qui s’est proposé de réaliser une étude dans l’optique de créer un dialogue entre ce secteur et les acteur·trices du monde de la musique représenté·es au CNM. 

Sources : https://www.lesinrocks.com/2021/02/15/medias/medias/le-gouvernement-entendra-t-il-lappel-a-laide-de-la-presse-musicale/

Sephora SINAPIN

Copyright© 2021 RAJE. Tous droits réservés.