La drill, musique du meurtre ?

La drill, musique du meurtre ?

 


La musique est-elle dangereuse ?

Est-ce simplement un loisir, une œuvre d’art qu’on écoute de manière passive, ou est-ce qu’elle peut véritablement bouleverser notre comportement ? Chacun a sa propre opinion, mais on peut aisément démontrer que le milieu musical peut parfois pousser au vice. On peut parler de la relation entre le rock et l’alcool, la techno et la drogue, et la drill et le crime. Alors peut-être que le terme ne vous dit rien, mais vous avez certainement déjà été exposé à un artiste s’adonnant à ce style de musique tant il est devenu populaire. Par exemple, vous connaissez éventuellement Freeze Corleone, Ziak, ou Chief Keef, qui s’adonnent à ce sous-genre. Pour en donner une définition plus détaillée, la drill est un dérivé du hip-hop, initialement popularisée à Chicago dans les années 2010. Musicalement, on retrouve souvent les mêmes caractéristiques que pour la trap, avec en tête d’affiche les indispensables Roland 808, accompagnés de basses très lourdes et d’un tempo généralement assez élevé. Cependant, la drill se distingue avant tout par son imagerie, son ambiance. Les paroles sont sombres, violentes, nihilistes, et reflètent voire glorifient la loi de la rue d’une manière générale. Donc dès les débuts de ce dérivé du hip-hop, l’opinion publique et la presse ont vite commencé à s’affoler sur le sujet. Pourtant, ça n’empêchera pas la drill de s’exporter à l’internationale quelques années plus tard, et surtout en Angleterre. On ira même parler de UK Drill pour parler de drill qui vient de Grande Bretagne.




 

En parallèle de l’arrivée de cette musique sur le pays, il faut savoir que celui-ci est très touché par une vague de violence massive, surtout auprès des plus jeunes, notamment à cause de la guerre des gangs, qui entraîne une multiplication faramineuse des attaques au couteau. Beaucoup de rappeurs qui faisaient de la drill se sont donc faits poignarder de cette manière, comme Bright Akinleye du groupe Birmingham 23 Drillas qui tournait une vidéo promotionnelle au moment du drame, ou encore le rappeur Bis, qui a connu un sort similaire. Bref, les évènements macabres de ce style sont encore très, très nombreux, puisque selon la police de Londres, 30 adolescents sont morts assassinés en 2021 seulement. C’est énorme. Pour beaucoup de monde, et notamment pour la police elle-même, la responsable, c’est la musique drill, faisant l’apologie de cette violence. Une étude publiée par l’université de Southampton et effectuée par un criminologue l’affirme : la drill est devenue « la musique des meurtres de Londres ». Pire encore, le commissaire de police de Londres a défini ce style de musique comme étant un facteur déterminant des attaques au couteau dans la capitale. C’est pour cela que les autorités ont tout fait pour la censurer. Scotland Yard a fait supprimer des centaines de clips sur YouTube, sans laisser la possibilité pour les artistes de faire appel. De la même manière, le maire de New York a de son côté cherché à interdire purement et simplement la drill.

 

Mais ce dérivé du rap est-il vraiment responsable ? Certes, les paroles sont violentes, sombres, tout ce que vous voulez, et même s’il peut probablement s’agir d’un facteur de violence, il n’est certainement pas le seul, très loin de là. On peut en effet rallier cette recrudescence des meurtres à l’austérité. Il faut savoir que depuis une dizaine d’année, le gouvernement conservateur du pays a drastiquement réduit les dépenses publiques destinées aux jeunes. Cela passe par des coupures budgétaires dans les écoles, dans les logements sociaux, renforçant la pauvreté chez les populations déjà fragilisées. Or, les acteurs de la drill sont dans leur immense majorité issus de milieux populaires. Accuser la drill n’est donc raccourci simpliste et pratique permettant de passer outre le cœur du problème, à savoir la pauvreté et la discrimination. Bref, la drill ne prône pas forcément la violence, elle la raconte. Je vous mets une petite vidéo en lien qui explique plus en détail tous ces propos, si vous voulez en savoir plus. 









 


Alban

Copyright© 2022 RAJE. Tous droits réservés.