Kendrick Lamar à Bercy, un concert d’anthologie

Kendrick Lamar à Bercy, un concert d’anthologie
En pleine tournée mondiale, le rappeur américain est passé par Paris les 25 et 26 février derniers pour deux shows aussi puissants qu’impressionnants. Retour sur sa seconde date à l’AccorHotels Arena.

Kendrick Lamar était attendu dans la capitale tel un messie. Ses fidèles avaient patienté cinq longues années avant de le voir revenir sur le terrain parisien. 
Le rappeur originaire de Compton a choisi James Blake pour assurer sa première partie. Un warm-up prestigieux, mais peu surprenant au vu des nombreuses collaborations passées entre les deux artistes. La dernière en date étant la bande originale du blockbuster Black PantherJames Blake nous a offert un show à l’image de sa musique mystérieuse, touchante et électronique, n’hésitant pas à nous interpréter deux morceaux-clés de son album éponyme : Retrograde et Limit To Your Love. Le Britannique a confirmé son talent, mais sa performance fut boudée par un public visiblement trop impatient de voir Kendrick Lamar.



Une demi-heure après la fin de sa prestation, nous sommes plongés dans le noir. Un court métrage, diffusé sur les écrans géants, nous conte les aventures de Kung Fu Kenny, l’alter ego du MC. Quelques minutes plus tard, le rappeur arrive sur scène, entonnant son célèbre tube DNA. Kendrick Lamar enchaîne les tubes, de son dernier album Damn avec une aisance et un charisme incroyable. Les fans de la première heure n’ont pas été mis de côté puisque K-Dot a rappé des classiques de sa discographie comme Swimming Pools, Bitch Dont Kill My Vibe ou encore Alright, hymne du mouvement Black Lives Matter, tout en ajoutant à sa setlist des pépites comme untitled 07 ou Collard Greens de Schoolboy Q.

La force du show de King Kunta, au-delà de son talent, a été sa scénographie explosive, élément qui a su mettre le public de l’AccorHotels Arena un peu plus à genoux. Quand Kendrick s’éclipse quelques instants, c’était pour se retrouver dans une cage lumineuse au milieu de la fosse pour chanter le puissant Money Trees entre autres. La foule a finalement implosé après le titre Humble, interprété dans son intégralité une première fois par le public a capella et une deuxième fois par Kendrick himself.
  Malgré l’absence de ses musiciens sur scène, Kendrick Lamar nous a prouvé qu’il était bel et bien le meilleur rappeur vivant.
 
 

Ashley TOLAAshley TOLA

Copyright© 2018 RAJE. Tous droits réservés.