Tropées UP le mag Alternatives Eco
Applications Raje
|
Accueil > L'actu > A la une > Les Sucettes de Gainsbourg, retour sur un morceau provoc’

Les Sucettes de Gainsbourg, retour sur un morceau provoc’

Les Sucettes de Gainsbourg, retour sur un morceau provoc’
 
  •  
  •  
  •  
  •  

Petites histoires des grandes chansons du répertoire international. Derrière certains textes de tubes mémorables se cachent des seconds degrés de lecture ou des références à décrypter au bout de plusieurs écoutes. RAJE s’en charge et vous explique tout ce qu’il faut savoir sur quelques chansons à double sens. Aujourd’hui César évoque Les Sucettes de France Gall. 

Blondeur, innocence, angélisme: les qualificatifs pour désigner France Gall dans les années 60 évoquent une petite fille modèle. Les jeunes adolescentes de l’hexagone projettent en elle une forme de réussite sociale parfaitement respectable due aux critères précédemment évoqués. Le jeune compositeur  Serge Gainsbourg ne l’entend pas de cette oreille et va vouloir abîmer la figure quasi sainte de la jeune France.

Managée par son propre père, France Gall chante des paroles légères et sans incidence la faisant rivaliser avec Sheila sur le terrain des bonbonnières musicales. Le beau Serge entre dans l’équation avec un titre sobrement intitulé Les sucettes, totalement en adéquation avec la personnalité enfantine de la jeune chanteuse. Si le titre est limpide, le texte est nettement plus ambivalent avec une insistance sur cette Annie qui aime les sucettes à l’anis. La chanteuse et son père sont dupes et la chanson devient un énorme tube. Nul besoin aujourd’hui d’une explication de texte puisque tous les jeux de mots probables ou improbables vous sont déjà arrivés dans l’occiput. Mais la France des années 60 n’est pas celle de 2017 et, à l’époque, le public au mieux rit de ce sous-texte mais, dans le pire des cas, se choque…

Gainsbourg rit sous cape, trop fier d’avoir associé quelque pratique sexuelle buccale à la voix cristalline et fragile de Mademoiselle Gall. Le bougre remettra le couvert quelques décennies plus tard avec sa propre fille Charlotte et fera blêmir le bourgeois avec Lemon incest ou Plus doux avec moi. Quant à France Gall, elle se retrouvera dans un cocon de bienveillance avec son mari/compositeur Michel Berger, heureuse de ne plus susurrer des textes pouvant exciter les vieux messieurs.

César Leoni

 

Commentaires

commentaires

Votre radio préférée est partout !
est une radio du
| Département médias du Groupe SOS