Serge Gainsbourg - Vu De L’Extérieur

04 mars 2018

Installé depuis quelques temps à Londres Serge GAINSBOURG continue de travailler avec les musiciens qui l’avaient accompagnés sur son album précédent : « Histoire de Melody Neslon »

Ce disque est probablement une des œuvres les plus introspectives de Gainsbourg. Les femmes sont comme souvent au centre de cet album.

La jalousie et impatience sont au centre de deux titres.

En artiste éternellement insatisfait Gainsbourg ne cesse sur ce disque de se déprécier. Il se montre jaloux mais réussi à le faire dans une apparente facilité presque en douceur.

Sur le titre : Au hasard et pas rasé" Gainsbourg se place au centre d'un morceau en forme d'autoportrait. En 1976 il renouvellera l’exercice sur l’album: "L'Homme à la tête de chou"

Serge avait pris soin d'élever, Kate, la première fille de Jane Birkin et du compositeur John Barry. Sur deux des titres de ce disque Gainsbourg salue l'arrivée de la nouvelle venue dans sa petite famille.  C'est charlotte

Serge est heureux d'être papa. En lisant différents ouvrages, notamment ceux de l’excellent et regretté Gilles VERLANT, on découvre on une facette rarement visible de Gainsbourg l'homme touchant et attentionné, sur le titre plein de tendresse  "La poupée qui fait"  

Comme toujours chez Gainsbourg la production est léchée. Il confie les manettes au guitariste Alan AWKAW.

Sur le titre : "Sensuelle et sans suite" le séducteur refait surface. Les musiciens offrent un écrin aux textes de Serge.

L'album est très intime. Malgré en 28 minutes seulement Gainsbourg propose une tranche de bonheurs simples

L'album s'ouvre sur le titre qui va se détacher. Le désormais incontournable : "Je suis venu te dire que je m'en vais". Ce morceau a été inspiré à Gainsbourg par un infarctus dont il a été victime au début de l'écriture de ce nouvel opus qui c'est difficile à imaginer ne vendra qu'à 20 000 exemplaires à sa sortie.


Copyright© 2018 RAJE. Tous droits réservés.