Alanis Morissette - Jagged Little Pill

10 juin 2018
Une surprise Rock n’Rock venue du Canada
Après deux albums de teen-Rock qui n’ont connu qu’un succès d’estime Alanis MORISSETTE décide de devenir auteur compositeur interprète.
Elle collabore alors avec le producteur, compositeur et arrangeur Glen Ballard qu'elle a rencontré chez un éditeur. Glen Ballard a travaillé pour Aretha Franklin, George Benson, Michael Jackson.
Plus récemment, il a travaillé avec No Doubt et avec Anastacia. Le premier titre qu'ils enregistrent ensemble, "Perfect", est terminé en vingt minutes. Alanis a improvisé un texte sur les accords de la guitare de Glen.
Alanis Morissette et Glen Ballard écrivent et réalisent l'équivalent d'un album qu'ils proposent à différentes maisons de disques, mais sans rencontrer d'écho favorable. Finalement, après une entrevue d'un quart d'heure avec Guy Oseary, un jeune découvreur de talents qui travaille pour le label de Madonna, Maverick Records, un accord est rapidement conclu.Dès sa sortie, l’ album salué par l'ensemble de la critique et par un public de plus en plus nombreux.
Le 7 octobre 1995, "Jagged little pill" est N°1 des albums aux Etats-Unis. C'est la première fois qu'une Canadienne réussit cet exploit. Le premier single qui en est, "You oughta know", a été enregistré avec la participation de Flea et de Dave Navarro, respectivement bassiste et  guitariste des Red Hot Chili Peppers. C'est un titre où la chanteuse s'adresse sans détour, parfois crûment, à un ami qui l'a abandonnée pour une autre. "You oughta know" s'impose grâce à une vidéo débridée et un texte provocant. 
Pour la première fois dans une chanson figurant dans les play-lists des radios et chantée par une femme, il y a le mot "fuck".
Mais lors de sa diffusion sur les radios américaines, ce mot est le plus souvent censuré par des bips sonores. Tout le monde salue une écriture sincère, révoltée et déterminée. On apprécie également le style d'interprétation d'Alanis, franc et direct, qui plaît immédiatement aux jeunes de sa génération. 

Alanis Morissette considère "Jagged little pill" comme son premier véritable album. Il constitue pour elle une expérience spirituelle et libératrice. Elle est elle-même le sujet de ses chansons. Elle parle de son passage chaotique à l'âge adulte et se met véritablement à nu devant son public, sans artifices et sans fausse pudeur. A la fin du mois d'avril 1996, "Ironic" est N°1 aux Etats-Unis. C'est son plus gros tube. 

La jeunesse d’Alanis Morissette ne l’empêche pas de choisir des images et des mots simples pour régler ses comptes comme sur le titre : « Not The Doctor »
Maverick Records, on l'a dit, est le label de Madonna. A propos d'Alanis Morissette, celle-ci a déclaré : "Elle est comme moi à mes débuts : légèrement maladroite, mais très déterminée et très franche. Autour d'elle, il y a comme une atmosphère d'émotion et de folie, comme si tout était possible, sans aucune limite."Alanis Morissette propose un disque sans complaisance. Il va avoir un « impact sur le rock féminin.

Les deux journalistes Gilles Verlant et Thomas Caussé, dans la Discothèque parfaite de l'odyssée du rock, considèrent comme ce disque comme un« album foudroyant » avec des « guitares saturées, un son rugueux et une voix traversée d'éclairs, de soubresauts, d'envolées à fleur de nerfs ». Dans les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie.

Copyright© 2018 RAJE. Tous droits réservés.