VILLA ST CAMILLE
Applications Raje
|
Accueil > L'actu > A la une > L’Aigle Noir de Barbara, un monument de la musique française

L’Aigle Noir de Barbara, un monument de la musique française

L’Aigle Noir de Barbara, un monument de la musique française
 
  •  
  •  
  •  
  •  

Petites histoires des grandes chansons du répertoire international. Derrière certains textes de tubes mémorables se cachent des seconds degrés de lecture ou des références à décrypter au bout de plusieurs écoutes. RAJE s’en charge et vous explique tout. Aujourd’hui, César Leoni nous plonge dans le titre L’Aigle Noir de Barbara.

La chanteuse Barbara est devenue une figure historique de la chanson française. Par son apparence tout de noir vêtue, son filet de voix tremblant mais imposant, ses textes poétiques abordant la vie, l’amour, la mort, Barbara est un véritable pilier du répertoire aux côtés des Léo Ferré, Jacques Brel ou Serge Gainsbourg. Si la majorité des textes de cette grande dame sont mélancoliques, elle n’en oublie pas les tendances bucoliques et plus légères comme dans le très beau Mes hommes évoquant non pas ses compagnons amoureux mais bien les membres de son groupe l’accompagnant au gré des tournées et concerts.

Barbara est, en effet, une spécialiste de la chanson qui ne dit pas son nom. Métaphores et autres figures de style lui sont essentielles pour décrire son âme et L’aigle noir reste, en ce sens, son texte le plus emblématique. Sorti en 1970, L’aigle noir ne tarde pas à devenir un véritable classique sans pour autant que le grand public n’aille en fouiller le sens caché. Ce qui s’apparente au premier abord à une rêverie de la chanteuse cache en vérité un traumatisme d’enfance.

Une biographie post-mortem révèle en effet les sévices sexuels subis par la chanteuse lorsqu’elle était enfant. L’horreur ne s’arrête pas là puisque le coupable serait le propre père de Barbara. Un drame qu’on ne peut nommer mais que la dame en noir a su élever grâce à un sens de l’image glaçant. Cet aigle noir touchant la joue de Barbara et mettant son cou dans la main de la chanteuse a une résonance définitivement tragique lorsque l’on connaît le sous-texte. De son vivant, Barbara n’explicitera jamais sa prose arguant que les paroles de cette chanson « n’étaient pas importantes »

César Leoni

Commentaires

commentaires

Votre radio préférée est partout !
est une radio du
| Département médias du Groupe SOS