Applications Raje
|
Accueil > L'actu > A la une > Berlin, temple indémodable de la musique

Berlin, temple indémodable de la musique

Berlin, temple indémodable de la musique
 
  •  
  •  
  •  
  •  

Ville métallique, disparate, déconstruite, reconstruite, Berlin avait tout pour attirer les artistes. Tandis qu’elle est devenue au carrefour des années 90/2000, le nouveau berceau de l’électro tendance techno, la capitale allemande a inspiré de nombreux artistes majeurs depuis plus de quarante ans. Voici trois chansons emblématiques sur Berlin.

 Lou Reed – Berlin

Peu connu pour ses envolées lyriques, l’ex-Velvet Underground se lance en solo et aborde très vite la cité berlinoise dans son album « Lou Reed ». Sans tambour ni trompette, Lou Reed compose en 1973 un morceau à mi-chemin du rock et de la folk lancinante. Sa vision de Berlin est légèrement amère mais exprime tout de même un attachement à la ville. Quelques riffs de guitare à la Mike Oldfield viennent rehausser le ton d’un morceau ouaté, presque oublié dans la riche discographie de son auteur. Une erreur à réhabiliter dès aujourd’hui grâce à RAJE.

Nina Hagen – Berlin

Une allemande évoque sa capitale. Mais pas n’importe laquelle puisque c’est la diva punk Nina Hagen qui s’en charge en 1993. Nous sommes au début des 90’s et la chanteuse se met au goût du jour, abandonnant ses excentricités rock pour se fondre dans un moule très pop-dance. Madonna n’est vraiment pas loin tout comme George Michael si l’on se penche sur les sonorités lointaines du morceau. Nina Hagen chante dans sa langue maternelle y ajoutant quelques paroles en français pour un titre hybride où elle hurle son amour pour Berlin avec toute sa rage.

The Ramones – Born to die in Berlin 

Fêtant alors leur 20 ans d’existence, les Ramones sont quasiment à la fin de leur carrière. Ces influenceurs mondiaux du rock et du punk évoquent Berlin, ville qu’ils ont traversée au cours de leurs 2263 concerts. Le morceau est classic-rock mais évidemment très efficace et l’on retrouve tout ce qui fait le sel de ce groupe culte. Le titre, sorti en 1995, sonne comme une prémonition puisque de nombreux membres du groupe trouveront la mort peu de temps après la dissolution des Ramones. « Born to die in berlin », l’un de leurs derniers titres, s’écoute donc comme un chant quasi funèbre.

César Leoni

Commentaires

commentaires

Votre radio préférée est partout !
est une radio du
| Département médias du Groupe SOS